En partenariat avec
Le Gallia Théâtre de Saintes


Vendredi 6 avril 2018

Conférence de
M.Alexis Drahos
Historien de l’art,
conférencier à l’Ecole du Louvre

« LA PEINTURE AMERICAINE AU XIXe SIECLE »

 

musées de Saintes
COMPTE RENDU

Devant réduire à la peinture américaine du XIXe s. un propos initialement prévu pour s’avancer jusqu’à l’expressionnisme abstrait, M. Drahos nous présente d’abord ces peintres méconnus qui, dans la première moitié du siècle, avant que s’établissent des relations artistiques avec l’Europe, s’attachent à ancrer le territoire de leur jeune nation dans un imaginaire de l’espace et du temps.
            Ainsi Charles W. Peale (1741-1827), à qui l’on doit par ailleurs plusieurs portraits de George Washington, passionné par les sciences et en particulier les fouilles paléontologiques, peint, dans L’Exhumation du Mastodon (1806), une scène à laquelle il a assisté, et il s’y représente lui-même dans la pose de l’Apollon du Belvédère. Ce lien entre art et science, sensation et connaissance, ou, pour reprendre les idéaux des Lumières, entre esthétique et Encyclopédie, se retrouve dans l’autoportrait théâtral où Peale se figure près de sa palette et levant un rideau qui découvre les rayonnages de son musée d’histoire naturelle dans lequel il invite du geste le spectateur à pénétrer. Autrement mais tout aussi didactique, Thomas Cole (1801-1848), fondateur de l’Ecole de l’Hudson River, première école du paysage d’outre-Atlantique, demande à la peinture, en restituant faune, flore et panoramas, d’être un moyen de s’approprier ces vastes espaces vierges et (philosophie du Sublime aidant) comparables au Paradis terrestre : Expulsion du Jardin d’Eden (1827), de part et d’autre du précipice qui symbolise la Chute, montre à droite une contrée rayonnante et paisible, à gauche une nature sombre, déchaînée, où fuit, minuscule, le couple d’Adam et Eve. La série de cinq toiles Le Cours de l’Empire (1833-1836) retrace l’évolution d’un même site, de l’état sauvage à la naissance d’une civilisation, puis à son développement, à son déclin, à sa mort : aussi manifestement inspiré du livre de Gibbon sur l’Empire romain qu’influencé par Poussin et Turner, ce cycle engage à méditer sur le devenir des sociétés et des cultures et sur le destin des Etats-Unis. Elève de Cole, Frederic Church (1826-1900) a pour second mentor le penseur et géographe Humboldt, sur les traces duquel il séjourne deux fois en Amérique du Sud. Son riche chromatisme et une rigoureuse méticulosité recomposent des paysages exotiques, tropicaux (Cotopaxi, 1855 ; Le Cœur des Andes, 1859) aussi bien que polaires (Icebergs, 1861). L’Amérique du Sud attire également Martin J. Heade (1819-1904) qui en peint les oiseaux et les fleurs avec un soin qu’aucun détail ne prend en défaut (Orchidée cattleya et trois colibris, 1871). William S. Haseltine (1835-1900) doit son renom à la précision avec laquelle il donne à voir les rivages de la côte est, de la Nouvelle-Angleterre au Maine (Rochers de Nahant, 1864).
            Que Thomas Eakins (1844-1916) soit le premier à rompre avec l’Ecole de l’Hudson River n’est sans doute pas sans rapport avec sa formation aux Beaux-Arts de Paris. Son réalisme s’intéresse au sport (La Baignade ; Les Lutteurs) et rejoint son goût pour la photographie, mais déplaît à son époque quand il s’applique à la chirurgie (Portrait du Professeur Samuel Gross, 1875). On connaît bien davantage et bien mieux James Whistler (1834-1903), établi en Europe, ami de la musique et des poètes symbolistes français, tenant de l’art pour l’art (Symphonie en blanc n°1, 1862), et qui a donné de notre Théodore Duret un portrait qui se laisse confronter à ceux que Manet et Vuillard ont brossé du même Duret. Enfin Mary Cassatt vint (1844-1926), formée à la fois en Pennsylvanie et à Paris, encouragée et révélée par Degas, liée à Berthe Morisot avec laquelle elle partage l’attention au réel, l’usage d’une touche large et l’inclination pour le portrait et les scènes familières, notamment sur le thème traditionnel de la mère et l’enfant. Avec elle, et grâce à sa dualité culturelle, s’efface le décalage entre les cultures des deux continents.

Diaporama 24 photos

  • C W  PEALE - L'artiste en son musée
  • C W PEALE - L'exhumation du mastodonte
  • COLE - L'Expulsion du jardin d'Eden -1828
  • COLE - Le Cours de l'Empire -Destruction
  • CHURCH -  Les Icebergs
  • CHURCH - Cotopaxi
  • CHURCH - Le Coeur des Andes
  • CHURCH - Saison des pluies sous les Tropiques
  • HEADE - Cattleya, orchidée et trois colibris
  • HEADE - Magnolias géants...
  • HASELTINE - Après l'averse-Nahant
  • EAKINS - Le Penseur
  • EAKINS - Les joueurs d'échecs
  • EAKINS - La Cantatrice
  • EAKINS - Max Schmitt à l'aviron - 1871
  • EAKINS  - Portrait du Professeur Samuel Gross
  • EAKINS -  La Baignade
  • WHISTLER - Symphonie en blanc n°1 -1862
  • WHISTLER - Nocturne en bleu et or
  • WHISTLER - Portrait de Theodore Duret
  • WHISTLER - La Mère de l'artiste
  • CASSATT - Petite fille dans un fauteuil bleu
  • CASSATT - Enfants sur la plage
  • CASSATT - Promenade en barque
slider by WOWSlider.com v6.3