En partenariat avec
Le Gallia Théâtre de Saintes


Vendredi 21 septembre 2018
Conférence de
Madame Marie BELAN
Historienne de l’art
Conférencière honoraire pour la RMN.

« MESDAMES DE FRANCE, FILLES DE LOUIS XV, ET LES ARTISTES DE LEUR TEMPS

 

musées de Saintes
COMPTE RENDU

L’aînée, on l’appelait « Madame », sans autre titre ; on ajoutait un numéral ordinal pour les suivantes. Elles ne se sont certes « donné que la peine de naître », et, Marie-Louise, dite « Madame Troisième », donc, étant morte à cinq ans, les sept autres filles de Louis XV et Marie Leszczynska n’ont guère non plus laissé de trace dans l’Histoire,  ni même dans les stratégies politico-généalogiques de l’époque, puisque seule l’aînée a été mariée, à un infant d’Espagne. C’est par les inventaires qu’on peut les retrouver, elles et le goût de leur temps, et par les commandes qu’elles passaient, au gré des transformations de leurs appartements à Versailles.
            Auprès de lui, le roi n’a gardé d’abord que les quatre aînées : Elisabeth et Henriette, les jumelles peintes enfants par Gobert, l’une vêtue de vert, l’autre vêtue de rose, Marie-Louise et Marie-Adélaïde. Les quatre plus jeunes (Victoire, Sophie, Félicité, Louise), pour limiter les frais autant que l’influence du clan de la reine, sont élevées, de 1738 à 1750, loin de la Cour, à l’abbaye de Fontevrault, où elles reçoivent une éducation soignée, entourée d’affection, dans un train réduit. C’est là que Félicité meurt à huit ans, en 1744 ; Louise, marquée par cette vie monacale, entrera plus tard au Carmel. Pour faire leurs portraits qui seront offerts à la reine, on envoie sur place Nattier à qui l’on doit déjà Henriette en Flore et Adélaïde en Diane. Ensuite, toutes réunies à Versailles, « Mesdames » y mènent cette vie de princesses du sang, qui mêle contraintes, insouciance et caprices fastueux, se divertit d’un séjour en Lorraine chez le grand-père Stanislas et se réfugie dans la musique, pratiquée assidûment (leçons de harpe, plus tard, avec Beaumarchais). Jusqu’à la mort d’Henriette en 1752, elles sont logées dans l’aile du Midi ;  après quoi, elles occupent le nord du corps central du château, au plus près du roi mais au grand dam de Mme de Pompadour puis de Mme du Barry, contre lesquelles, avec le parti dévot, elles livrent un combat vipérin. Les affectations et redistributions répétées des appartements et de leurs pièces (première et seconde antichambres, cabinets intérieurs, grands cabinets, chambres, bibliothèques) réclament des marchands merciers la fourniture de décorations, de meubles et de sièges, par exemple pour Adélaïde telle commode de Joubert ornée de fleurs au naturel plutôt que de dorures, ou telle autre en vernis Martin livrée en 1756. « Madame l’Infante » (l’aînée), venue en 1748 longuement séjourner en France, repartira vers sa résidence de Parme avec un abondant mobilier, signé en particulier d’Heurtaut.
            Quand Louis XV meurt en 1774 et que monte sur le trône son petit-fils Louis XVI, elles deviennent « Mesdames Tantes », incarnations de la vieille Cour, arbitres d’un ton dépassé – ragots et bigoterie – en regard de la jeune Marie-Antoinette. Peu à peu, elles se retirent au château de Bellevue, acheté par leur père (ô ironie) pour Mme de Pompadour ; elles y remplacent le théâtre par une chapelle, font aménager les intérieurs et les jardins. C’est de Bellevue que proviennent, au terme du récent remeublement des appartements de Versailles, telle table à écrire, des armoires, des chaises, un canapé de Blanchard. Elles ont acquis aussi le château de Louvois, sur lequel on est moins documenté. Mme Labille-Guiard, nommée « peintre de Mesdames », nous a laissé le portrait de Victoire en lilas et celui d’Adélaïde, de qui Houdon avait sculpté le buste. Elles seules, de toute la fratrie, vivent encore lorsqu’éclate la Révolution. Elles fuient alors  à Rome, où les peint à son tour Mme Vigée Lebrun, puis à Naples auprès de la reine Marie-Caroline, sœur de Marie-Antoinette, et encore à Corfou, à Trieste enfin, où elles meurent. Leurs restes ont rejoint Saint-Denis en 1817.

Diaporama 12 photos

  • bootstrap image slider
  • full width slider
  • slider plugin wordpress
  • slider plugin wordpress
  • carousel slider
  • bootstrap slider
  • jquery slideshow
  • css image slider
  • full width slider
  • image carousel
  • slider
  • wordpress slider
slideshow by WOWSlider.com v6.3